The Office of Gravitational Documents #Neptune (Research)

_mg_0278-copy2_mg_0236-copy_mg_0241-copyimg_5241

Le projet Neptune est né d’un constat simple : l’ontologie de l’artiste n’a cessée de se métamorphoser durant le XXème siècle pour arriver aujourd’hui à un rapport de plus en plus flou avec le libéralisme global. Il nous semble qu’une vieille image archaïque perdure dans nos représentations et nous pousse à l’immobilisme conceptuel : celle de l’artiste mélancolique. Walter Benjamin, dans son Origine du drame baroque allemand, en a dressé le portrait à l’aide de la figure mythologique de Saturne, planète des rêveurs et des neurasthéniques. La mélancolie, bien que toujours aussi présente dans nos sociétés, nous semble hors de propos lorsque nous nous efforçons de penser l’être de l’artiste. Traversant le monde de l’art actuel d’un air songeur, nous n’y voyons que stratégies, profits et placements de produits. L’artiste se rapprocherait d’une figure plus forte et combative, une planète tout autant troublante mais dont les remous atteindraient les nerfs plutôt que le sang. Neptune, dieu des flux explosifs, maître du pragmatisme terrestre. #NEPTUNE prend la forme d’un bureau de recherche, dispositif ayant pour vocation de réunir des éléments constituant une archive mythologique, astrologique, philosophique, historique et artistique des éléments neptunien et saturnien propre à l’agir artistique.
Cette première partie, #NEPTUNE (RESEARCH) sera ensuite suivie d’une exposition à la galerie Deborah Bowmann début 2017 dans lequel seront présentés, archivés et mis en vente les différents éléments théoriques et formels issus de ce travail préalable. Enfin, la proposition générale prend son lieu au sein de The Office of Gravitational Documents, bureau ayant pour vocation la mise en place de processus de recherche autour des questions relatives au travail, au document et à l’histoire de l’art. Nous affirmons que cette réflexion générale sur ce que nous nommons victorieusement neptunisme ne peut se faire d’un regard froid, distant et analytique. Se plaçant sous l’influence de Neptune, nous substituons le bureau à l’atelier de l’artiste, tout en envisageant notre organisation de travail comme un temps mort. Neptune accélère tout ce qu’elle touche et indétermine tout ce qu’elle approche. Son effet sur nos existences est excitant, lourd et troublant. Il nous faut alors à notre tour accélérer au creux de la vague du dieu de l’eau explosive tout en diminuant notre volonté propre. Dans ce mouvement paradoxal, nous avouons d’ores et déjà que nous remettrons certainement au lendemain ce qui doit être fait. Mais ceci n’est pas un problème, car le devoir n’a rien à voir avec notre détermination.

Amicalement,

Jean-Baptiste Carobolante & Dieudonné Cartier

///

The Neptune project arose from a simple report: the ontology of the artist never stopped to metamorphose during XXth century to arrive at a fuzzier relationship with todays’ global liberalism. It seems to us that old archaic images stick in our inner representations and push us to conceptual inertia: the concept of the melancholic artist. Walter Benjamin, in his The Origin of German Tragic Drama, painted a descriptive portrait of this artist through the mythological figure of Saturn, planet of the dreamers and neurasthenic.

Melancholy, although always present in our society, seem to us irrelevant when we try hard to think of the being of the artist. Crossing the art world in a pensive mode, we only see strategies, profits and product placements. The artist would get closer to a stronger and more belligerent figure, a just as much disturbing planet, a troubling planet which would reach, affect, nerves rather than blood. Neptune, god of the explosive steam, master of the pragmatism.

#NEPTUNE takes the shape of a research office, device having for vocation to gather elements constituting a mythological, astrological, philosophical, historical and artistic archive of Neptunian and Saturnine elements appropriate to the artistic act.

This first part, #NEPTUNE (RESEARCH) will then be followed by an exhibition at gallery Deborah Bowmann early 2017 in which will be presented, archived and sold the various theoretical and formal elements stemming from this preliminary work. Finally, the general proposal takes place within The Office of Gravitational Documents, office having for vocation the implementation of research pro- cess revolving around the questions concerning the work, document and art history.

We assert that this general reflection on what we trium- phantly name Neptunisme cannot be made out of in a cold, distant and analytical look. Taking place under the influence of Neptune, we substitute the office to the artist studio, while envisaging our working organization as a time-out. Neptune accelerates all that it affects and inde- finites all that it approaches. It’s effect on our existences is exciting, heavy and disturbing. It becomes necessary for us to accelerate trough of the low ebb of the wave of Poseidon through explosive water while decreasing our own will. In this paradoxical movement, we already admit that we shall certainly put back to the next day what must be made. But this is not a problem, because duty has nothing to do with determination.
Best,
Jean-Baptiste Carobolante & Dieudonné Cartier
photographs ©Ludovic Beillard
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s